mercredi 23 mai 2018

73ème café repaire: MARINALEDA, village en autogestion, une utopie pour tous ?

73ème café repaire
Mardi 29 mai 2018 à 20h00 
à l’Hôtel de l’Ange 

MARINALEDA, village en autogestion, une utopie pour tous ?


 MARINALEDA est un village andalou en autogestion, avec un mode de fonctionnement non capitaliste : égalité des salaires, auto-construction (15€ par mois à la charge des familles), services à la population gratuits, exploitation de 1400 hectares de terre en travail partagé, décisions prises en assemblées générales de la population (40 à 50 par an), coopérative de fabrication d’huile  d’olive, conserverie…

Ces droits ont été conquis après une longue lutte, plus de 10 ans d’occupation de terres, de répression, de violences du pouvoir, de privations.

Cette expérience sera présentée par la projection du reportage « Les insoumis » documentaire de Yannick BOVY, produit par la Fédération Générale du Travail de Belgique.

Nous réfléchirons ensuite aux possibilités d’utiliser et/ou de reproduire ces pratiques chez nous aujourd’hui.


Le débat sera ouvert ce mardi lors du café repaire.

http://caferepaireflorival.blogspot.fr/

Une émission de Là bas si j’y suis sur le sujet :
https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2012-13/septembre/marinaleda-une-utopie-vers-la-paix-2879

jeudi 22 mars 2018

72ème café repaire: Le service public, un bien commun à préserver ?

Mardi 27 mars 2018 à 20h00
à l’Hôtel de l'Ange
 Le service public, un bien commun à conserver ?

Emmanuel Macron affirme au Salon de l’agriculture :
 “Y a des agriculteurs qui n’auront pas de retraite et des cheminots qui ont des régimes spéciaux et ce n’est pas normal”

Samuel GONTIER, journaliste de Télérama, le relève avec ironie : 
« Chez David Pujadas comme chez Bruce Toussaint ou Yves Calvi, les meilleurs experts, les plus grands éditorialistes se relaient pour saluer la réforme ferroviaire du gouvernement. Au nom d’un remarquable principe, l’égalité : il serait trop injuste que les cheminots ne puissent jouir de la précarité des salariés du privé.»
Voir l'article
La stratégie consistant à détruire la SNCF et autres services publics en prétendant qu’on veut les sauver (de dégradations qu’on a provoquées) et au nom d’une lutte contre les privilèges est bien en marche.

Pourtant, la récente  grève du 22 mars pour un service public de qualité montre que l’attachement au service public reste fort.

"La notion de chose publique appartient au peuple, pas par nature mais par délibération : c'est un choix citoyen de considérer que certaines choses comme l'éducation ou la sûreté doivent relever du bien public. On choisit de les faire échapper au marché" 
explique l’économiste Benjamin CORIAT, professeur d’économie à Paris 13.

Le débat sera ouvert ce mardi lors du café repaire.

mardi 20 février 2018

71ème café repaire: Le harcèlement sexuel, ce n’est pas qu’au cinéma

Mardi 27 février 2018 à 20h00
à l’Hôtel de l'Ange
Le harcèlement sexuel, ce n'est pas qu'au cinéma

Les récentes  révélations sur les pratiques de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de viols dans le milieu du cinéma et du show  business et, particularité française, dans le milieu politique, ont déclenché un très grand nombre de plaintes ou de signalements de la part de victimes.

De nombreux articles sur le sujet ont paru dans les médias.

Tout cela  ne doit pas faire oublier qu’il reste encore énormément à faire pour que ces agissements prennent fin, tout particulièrement dans le monde du travail, curieusement moins évoqué dans les médias que le milieu du spectacle.

Pourtant, c’est avec le milieu familial, le lieu où s’exercent le plus les agissements de ces mâles dominants, sûrs de leur bon droit et de leur impunité.
 Ce bon droit est parfaitement admis, partagé dans le milieu des entreprises publiques et privées, des associations, des employeurs particuliers mais aussi parmi les salariés.

De plus, la solidarité «entre mecs» n’est pas un vain mot. Les hommes féministes ou tout simplement non misogynes, sont largement minoritaires..

Et lors, que faire ? Comment agir Et d’abord, faut-il agir ?

 Le débat sera ouvert ce mardi soir
 

vendredi 22 septembre 2017

70ème café repaire: Révolution ou évolution

Mardi 26 septembre 2017 à 20h00
à l’Hôtel de l'Ange

Révolution ou évolution

Révolution ou évolution pour changer notre société, cette question traverse l'histoire.

Souvent, l'idée d'une évolution progressiste des sociétés est  opposée à la radicalité de la révolution accompagnée des ses supposées violences.

Elisée Reclus dans "Publication de la Révolte" en 1891, explique:
"L'Évolution, synonyme de développement graduel, continu, dans les idées et dans les mœurs, est présentée comme si elle était le contraire de cette chose effrayante, la Révolution, qui implique des changements plus ou moins brusques dans les faits. C'est avec un enthousiasme apparent ou même sincère qu'ils discourent de l'évolution, des progrès lents qui s'accomplissent dans les cellules cérébrales, dans le secret des intelligences et des cœurs, mais qu'on ne leur parle pas de l'abominable révolution qui s'échappe soudain des esprits pour éclater dans les rues, accompagnée parfois par les hurlements de la foule et le fracas des armes."

Cette opposition n'est pourtant pas toujours évidente.

Pour certains, la théorie de l’évolution sert aussi à défendre la société capitaliste qui serait l'aboutissement d’une loi naturelle de l’évolution reposant sur « la loi du plus fort ».

Pour d'autres, il existe un autre sens au terme de révolution.

André Gorz, philosophe et journaliste français, considérait comme révolutionnaire tout changement de mode de vie caractérisé d'une part par une consommation moindre d'énergie, d'autre part par une réduction drastique de la durée du temps de travail. Pour lui, la révolution, avant de s'inscrire dans des changements institutionnels, passe donc par une prise de conscience de chaque individu et surtout la traduction de cette prise de conscience dans ses actes au quotidien.

Et aujourd’hui, même Emmanuel Macron intitule son livre programme "Révolution" en 2015.

Le débat sera ouvert ce mardi soir.

mercredi 23 août 2017

69ème café repaire: Retour dans la montagne: la convivialité

69ème café repaire
Mardi 29 août 2017 à partir de 19h00
à l’auberge du Remspach

Retour dans la montagne : la convivialité

Pour ce 69ème  rendez-vous, retour aux sources, c'est-à-dire chez Cléo à l’Auberge du Remspach, lieu d’origine de ce café repaire de  juin 2009 à février 2011.

Le thème de ce soir: la convivialité.

Chacun est invité à amener un morceau de musique, un texte, une poésie, une pensée qu’il a envie de faire partager.
En plus, on peut amener un petit quelque chose à manger, les boissons seront vendues par l’auberge, ouverte pour garder sa licence.

Rendez-vous là-haut ce mardi soir pour des échanges riches et variés.


jeudi 22 juin 2017

68ème café repaire: Linky en 360°

68ème café repaire
Mardi 27 juin 2017 à 20h00
à l’Hôtel de l’Ange

Linky en 360°


 Depuis décembre 2015, les nouveaux compteurs électriques "Linky" remplacent progressivement les compteurs classiques.

Mais que savez-vous sur ces compteurs ?
Est-ce un réel progrès ?
Pour ou contre leur installation ?

Fera-t-on réellement des économies ?
Vous exposent-ils à un quelconque risque sanitaire ?

La présentation par Guy Jacquin et le Dr Christine Peter-Jacquin nous permettra d'en apprendre plus sur le sujet.
 

Le débat sera ouvert ce mardi lors du café repaire.

mardi 25 avril 2017

67ème café repaire: à Munster pour le film Fuocoammare

Pas de 67ème café repaire à Guebwiller ce mois-ci
mais vous êtes invités à vous rendre à Munster car
des élèves de 2nde du lycée de Munster et leurs enseignants organisent en partenariat avec Videoval et la CIMADE
la projection du film 
Fuocoammare, au-delà de Lampedusa
de Gianfranco Rosi 
le mercredi 26 avril à 20h15.
à l'Espace Saint-Grégoire, place de la Tuilerie à Munster.
 Cette projection sera suivie d'un débat sur l'accueil des migrants en France et dans l'Union Européenne, débat préparé par les élèves dans le cadre de l'enseignement de l'EMC et du "Mois de l'Autre". 

jeudi 23 mars 2017

66ème café repaire: Le cinéma en France, état des lieux et avenir

66ème café repaire
Mardi 28 mars 2017 à 20h00
à l’Hôtel de l’Ange
 

Le cinéma en France, état des lieux et avenir


Distributeurs, producteurs, exploitants, salles d’art et d’essai, multiplexes, salles indépendantes, numérique,…


Il semble intéressant de préciser les différentes composantes de l’économie du cinéma et de faire un tour d’horizon de l’état du cinéma français aujourd’hui.


VOD, streaming, VO, VF, 3D, films de patrimoine, blockbusters, séries, pop-corn, quelles sont nos habitudes, nos pratiques du cinéma ?



Ensuite, quelles sont nos envies, nos rêves pour le cinéma de demain ?


Le débat sera ouvert ce mardi lors du café repaire.

jeudi 23 février 2017

65ème café repaire: Le féminisme, un combat dépassé ?

65ème café repaire
Mardi 28 février 2017
à 20h00 à l’Hôtel de l’Ange

Le féminisme, un combat dépassé ?
 Pour beaucoup de gens, la question féministe est aujourd'hui révolue, dépassée. Le féminisme renverrait à l’idée de guerre des sexes, menée par des femmes agressives et frustrées qui se voudraient anti-homme,  anti-sexe et anti-amusement. « L’égalité est déjà là » ou « Il y a pire ailleurs » ou « il y a des combats plus importants » ou « il ne faut pas nier les évidences naturelles » sont quelques-unes des petites phrases qui participent au repli des revendications féministes.

Et pourtant, en août 2014, le gouvernement promulguait une loi intitulée « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes », laissant supposer ainsi qu’il reste du chemin à parcourir.

Les métiers et les filières scolaires ont toujours un sexe. Les sections industrielles sont réservées aux garçons et les sections médico-sociales sont l’apanage des filles. Les diplômés ingénieurs sont dans la quasi-totalité des hommes et les infirmières dans la quasi-totalité des femmes.


Dès la naissance, les enfants non seulement s’imprègnent des modèles parentaux mais aussi des images et des représentations qu’ils voient quotidiennement.

En tant que citoyen, parent, éducateur, nous sommes aux prises avec les stéréotypes sexistes. Nous reproduisons inconsciemment des attentes différenciées vis-à-vis des filles et des garçons.

jeudi 26 janvier 2017

64ème café repaire: Voter ou ne pas voter ?

64ème café repaire
Mardi 31 janvier 2017
à 20h00  à l’Hôtel de l’Ange
 Voter ou ne pas voter ?
Donald Trump a déclaré en réponse à la "Marche des femmes": "Pourquoi ne sont-ils pas allés voter?"
Moins de 5% des inscrits aux élections dans les TPE se sont exprimés en date du 09 janvier 2017.

La question de la participation au vote n’a jamais été autant d’actualité.

Les défenseurs de l’utilité du vote affirment qu’en démocratie, les élections sont le premier et le plus simple des modes d'action, que se désintéresser des élections, c'est clamer leur inutilité et donc faire le jeu de ceux qui voudraient les supprimer. Trop de gens, dans le passé, ont sacrifié leur vie pour obtenir le droit de vote. Ne pas voter, c'est laisser les autres décider pour nous.
Les raisons de ne pas voter sont toutes aussi nombreuses. Voter ne sert à rien comme l’a démontré le référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen.  L’économie a gagné la guerre des valeurs aux dépens du politique et quoi que l’on décide de voter, rien ne changera, parce que les politiques n’ont plus le pouvoir de faire changer la vie.

« Coûteuses et frappées par l'abstention » d’après le gouvernement, les élections prud’homales ont été supprimées par la loi Rebsamen du 17 août 2015.

Les alternatives existent : vote alternatif, vote obligatoire, scrutin proportionnel, jugement majoritaire, prise en compte du vote blanc, tirage au sort, suppression de l’élection par exemple pour les prud’hommes, abstention consciente, boycott de l’élection pour délégitimer la structure actuelle du pouvoir,… sont elles réalistes ?

Le débat sera ouvert ce mardi lors du café repaire.